Etape 1

El Hazbane, arrivée de la 1ère étape, au bivouac
18h, arrivée au bivouac. Journée mi-figue mi-raisin, mi fugue mi-raison. Nous allons retrouver tout notre enthousiasme après un brin de toilette et un petit Tajine (ou alors un steack-haché-frite-salade-bière). Rembobinons le film. 30ème à l'arrivée du prologue hier.
Mauvaise nuit, mal dormi, beaucoup de bruit au bivouac, un bruit sourd qui nous a tenu éveillées une bonne partie de la nuit. Probablement également un peu de stress. Il faut que tout se mette en place. Donc un peu la tête dans le sac ce matin au réveil à 04h30. Même pas un légionnaire pour sonner le clairon. Juste notre petit réveil « bip-bip ». Navrant. Imaginez le succès de ces fringants militaires au milieu d'une horde de gazelles.
Bon on range « bip-bip » dans un coin de la tente (pas facile quand elle est ronde) et hop les godillots, petit-déj en potassant les cartes. 188 kms sur le parcours idéal, prévision de durée par l'organisation : 10h !! Départ cap SE à 06h45. 6 balises à dénicher aujourd'hui.
Nous sommes aux confins de l'Hamada du Guir, un désert de schistes noirs, désert sombre et austère. Nous allons naviguer aujourd'hui sur des plateaux caillouteux et croiser de nombreuses pistes. Un détail qui a son importance, c'est au 1er CP (Check Point) que nous récupérerons les coordonnées des autres points de passage. Pas question de le zapper celui-ci. Nous l'atteignons à 08h10. Cap au NE pour le CP2.
Début d'étape avec des reliefs assez marqués autour de nous. Fatigue, stress, non, plutôt une anomalie locale du champ magnétique, v'la t'y pas ma bonne dame qu'on s'embarque à l'opposé du CP2. Galère de galère, demi tour et enfin il pointe le bout de son drapeau à 11h30 ce diable de CP2. Allons bon, pas possible d'être tranquilles, voilà le téléphone de l'organisation qui nous sonne. « Allo Allo, ici les Gazelles 125, nous vous prions de patientez quelques minutes, une retouche de ricil et nous sommes à vous ». Notre réputation de St-Bernard des sables nous colle à la peau, l'organisation cherche une pompe à eau. Et ki kan na mi une dans le stock de pièces détachées, notre délicieux préparateur.
Ben voyons, l'année prochaine, rien, nada, brosse à dent c'est tout. Rendez-vous est fixé au CP3. Donc direction le CP3 fissa,fissa, à notre gauche l'oasis de Fezzou. Ce sera pour un autre jour. Arrivées au CP3, nous sommes accueillies par Pascal Gentil lui même (capitaine de l'équipe de France de Taekwondo). Il a donné le départ de l'étape ce matin. Très gentiment il décharge tout le fatras de la voiture pour trouver cette pompe (tiens c'est fait comme ça une pompe à eau, étonnant) et range tout comme indiqué dans la notice fournie par le préparateur. Un amour ce Pascal et gentil en plus (oui bon d'accord, c'est facile).
On enchaine avec le CP4. Nous faisons plusieurs fois le point soigneusement afin de choisir l'itinéraire optimal. Il faut se roder. CP4 13h40. Nous grignotons quelques barres de céréales accompagnées d'eau tiède et direction le CP5 au SE. Ce CP5 se trouve le long de la piste Taouz-Zagora, à quelques kms de Oum Jrane, tout petit village. 15h30, nous y sommes, il reste une balise avant le bivouac, plein Nord. D'abord décidées à tenter de la rejoindre, nous préférons jouer la sécurité et regagner le bivouac à une heure raisonnable en passant justement par Oum Djrane et à proximité du CP1.
Nous n'en sommes qu'à la première étape, soyons sages. Ce soir 2ème nuit à 750 m d'altitude au bivouac d'El Hazbane, la nuit sera fraiche (et peut-être plus calme). Quand même, il y a bien quelque chose de mystérieux cette année sur ce rallye. Aujourd'hui, c'est ce chien que nous avons croisé au milieu de nulle part. Il nous rappelle quelque chose, mais quoi ?
 
 
Ah oui, nous sommes 27ème au général à l'issue de cette 1ère étape ! Pas mal, vu les circonstances. Dernier détail, panne d'eau dans les douches. C'est bête, surtout quand on est en train de se faire un shampoing…Et les plaques de désensablage ? Flûte et zut plus de lumière, plus d'encre dans le stylo, plus de papier, les paupières sont lourdes.
Bonne nuit
Catherine & Claudine
PS : Non allez, nous sommes sympas. Nous avons les plaques (mais plus notre pompe à eau de rechange). Rien n'est parfait en ce bas monde.