Etape 5 - 1er jour

1ère étape marathon - 1ère journée
C'est là qu'on dort (si si) : 30°24'09.30 N – 5°03'49.75 E – 754m
(ça caille un peu)
A chaque jour suffit sa peine. Effectivement aujourd'hui, ça suffit ! Ouf nous sommes posées. Il est 19h30, nous avons tapé 5 balises dans la journée. La dernière nous l'avons trouvée grâce aux 2 projecteurs de DCA qui équipent l'avant du Discovery. Oui 5, c'est tout et c'est comme ça, mais c'était le contrat. 160 kms nous sommes à mi-chemin, ce qui nous semble assez raisonnable tout compte fait. D'accord, ce matin nous étions un peu speed, malgré le déchargement des colis pour les dons aux écoles marocaines avant le départ du Rallye, notre brave Disco était encore bien plein et stupeur, impossible de fermer le coffre. Non pas qu'une pièce mécanique soit faussée à cause des passages musclés dans les dunes (il paraît qu'il y a des témoignages accablants sur le site du Rallye), simplement parce que ni l'une ni l'autre ne sommes les reines du rangement. Pas question de se séparer des cartons de Sancerre qui sont prévus pour les bivouacs de ce soir et de mercredi. Nous laissons aux bons soins de l'organisation tout ce que nous trouvons inutile et que nous trimballons pour rien depuis des centaines de kms et en particulier la grosse caisse bleue remplie de trucs qui ne servent qu'au standardiste qui nous appelle pour dépanner les unes et les autres. Allez hop, nous avons de la place, nous sommes plus légères, que du bénef. Sèche-cheveu, fer et planche à repasser, bref tout l'essentiel est maintenant parfaitement rangé. La vie est belle. Formalités de départ, et hop, roule ma poule, plein Sud, à donf sur la piste dès 06h15.
5 heures plus tard. Galère de galère de galère en compagnie de l'équipage 159. Dès heures de labeur pour se sortir de cette maudite dune qui n'avait l'air de rien. Nous sommes bonnes dernières de notre groupe et en ce début d'étape, la navigation est très délicate malgré nos 2 cerveaux (1 pour chaque équipière) et nos 4 boussoles (1 pour chaque main). Déjà 13h, et nous ne sommes qu'au 2ème CP, la navigation est toujours aussi cahotique dans ce maudit oued Rheris. Déjà l'année dernière nous y avions passé des heures dans cet enchevêtrement de pistes, de gorges, de passes, c'est à devenir folles. 15h, enfin le CP3, cela fait déjà 09h que nous sommes parties, nous n'avons encore rien avalé, trop occupées à tracer la route la meilleure et à déjouer les pièges du terrain.
Interdit de ramener le véhicule en plusieurs morceaux, nous avons des consignes strictes du chef mécanicien (vu ce qu'a enduré la pauvre bête hier dans les dunes, nous sommes sures qu'il est définitivement robuste). Nous avons fait 80 kms depuis ce matin. La moitié du trajet que nous avons décidé de parcourir aujourd'hui pour espérer être en mesure de récupérer toutes les balises de cette 1ère étape marathon. A ce rythme, nous allons y passer la nuit. En fait, la seconde partie de l'étape est beaucoup plus roulante et la navigation plus zézé (facile en marocain). Bien remarquables, les amers (du nord) nous facilitent la navigation. Heureusement car la tension nerveuse de ce début d'étape se fait sentir. Le relief s'adoucit et à 17h 30 nous atteignons le CP5.
C'est une étape marathon, pas de bivouac organisé, donc à priori, pas de bruit, pas de lumière, juste les étoiles et la respiration des gazelles assoupies sous les tentes voisines après une soirée passée à papoter et à déguster les délicieuses rations de combat (une gazelle ne ronfle pas, c'est comme ça). Ca c'est pour l'histoire, nous avons toutes quelque part dans la voiture une spécialité locale à faire découvrir autour du feu aux Gazelles qui partageront le bivouac. Les rations de combat, c'est pour la guerre, ici c'est la fraternité des Gazelles qui fait loi, alors vite nous rejoignons le CP5 et installons notre camp pour la nuit en compagnie de Christine et Delphine. Elles ont le véhicule le plus ancien du rallye. Un vieux Range Classic V8 qui est dans sa 30ème année. Préparé dans la cadre d'un projet pédagogique dans un lycée de Clermont-Ferrand. Sympa non ! Trop forte la tente rose avec la moumoute blanche !
Le réveil, sans faute trouver le réveil pour demain matin sinon c'est la cata.
A demain pour de nouvelles zaventures.
Catherine & Claudine